Une adhérente en trek à l’autre bout du monde

Quelle belle aventure pour Marion. Cette adhérente nous a contacté en nous disant qu’elle allait parcourir la Nouvelle Zélande de haut en bas, et qu’avec ce projet de dépassement de soi et d’aventure elle se sentait très proche des valeurs véhiculées par Girls to the top. Ça fait plaisir et il est de notre devoir de vous faire découvrir les pépites qui se cachent parmi nos adhérentes.

Voici donc un petit mot de sa part :

36D1A166-7E57-47AD-BCD6-1B4C0E87FE85.jpg

« Bonjour les GTTT,

Je suis Marion, une jeune Pontoisienne de 27 ans, amatrice des randonnées sportives. Je me passionne pour les grandes étendues sauvages et la nature.

Je souhaite partir à la découverte du monde par le biais des trails/trek, en PVT. Je démarre donc mon exploration par la Nouvelle Zélande.

 

J’ai choisi ce pays pour sa beauté, ses grands espaces, sa réputation d’être très accueillant et la facilité d’obtention du Visa mais avant tout pour le TE ARAROA Trail. Je découvrirai ce pays par le seul biais de mes pieds.

CARTE.png

Ne faisant jamais les choses à moitié, j’ai choisi Te ARAROA pour ses difficultés et sa longueur.

Ce sentier, classé comme le 4ème plus long du monde, a été ouvert en Décembre 2011, par Goeff Chapple, qui voulait offrir à la Nouvelle Zélande un sentier traversant l’intégralité du pays.

Il est donc assez récent, en perpétuelle évolution, encore peu médiatisé et représente un défi sportif de taille.

Sa technicité et sa diversité vont faire de cette traversée un incontournable du milieu du Trail Ultra Leger et des marques d’Outdoor représentatives de cette spécialité.

Je me lance dans ce projet en partant de l’extrême Nord et j’envisage de mettre 6 mois pour réaliser ce sentier. J’atterri à Auckland le 3 Novembre 2017 et commence le sentier aux alentours du 7 Novembre 2017 au départ de Cap Reinga.

Le pays étant très impliqué dans l’écologie et l’impact de l’homme sur l’environnement, il me semble d’autant plus évident de ne pas privilégier les moyens de transports motorisés.

mouton.jpg

Je traverserai des forêts denses (presque des jungles) dans l’Ile du Nord, avec un balisage parfois très difficile à repérer et à suivre. Traversée également du massif volcanique actif du Tongariro, suivi d’une étape de 150 km en canoë (Whanganui River) ainsi que des passages de cols en altitude sur l’Ile du Sud (Richmond Ranges). L’itinéraire comprend de  nombreux franchissements de rivières et les longues périodes d’autonomie alimentaire, jusqu’à 15 jours coupée de la civilisation.

Ce voyage est donc à la fois une découverte partagée et une intense introspection.

Je traverserai également les 7 plus grosses villes du pays

Ces étapes seront nécessaires  pour le ravitaillement, le repos temporaire et autres commodités des grandes villes, notamment le partage de photo, de vidéo et la mise à jour de mes supports de communication.

Les Néo-Zélandais font la différence entre trois types de sentier :

 

-Walks/Walking Tracks : sentier de découvertes, entretenus, courts (plusieurs heures maximum), équivalant aux parcours Petites Randonnées en France.

 

-Hikes/Haking Tracks : sentiers plus longs, nécessitant des compétences de base en orientation, premiers secours, météo, vivres pour quelques jours (2/3) et matériel adapté. Ils sont l’équivalant des GR (Grandes Randonnées) en France.

 

-Tramping Tracks : Sentiers sans équivalent en France. Ils correspondent au tracé en pointillés sur nos cartes IGN : sentier non entretenu, balisage très espacé, voire parfois inexistant.

Te Araroa Trail est à ce jour composé à 70% de sentier type Tramping Tracks.

 

Je me suis lancé ce défi de taille, n’étant pas une adepte confirmé du trek, pour me prouver que je suis capable de repousser mes limites physiques et mentales, tout en assurant ma sécurité en me formant et me préparant au maximum avant mon départ.

On commence toute en étant amatrice un jour!

IMG_5472.JPG

Je donnerais des nouvelles du bout du monde via la page GTTT et me sens forte de ce soutien féminin ! »

Nous vous tiendrons un maximum informé de son avancée, si vous voulez la suivre et la soutenir c’est par là : Facebook

16299172_1844438369111553_398098380723339411_n.jpg

Laetitia Roux, notre Top girl de l’hiver en ski-alpinisme !

aec_3057

crédit photo ManuMolle-Arc en ciel

Cet hiver nous avons pris contact avec une passionnée de ski alpinisme, Laetitia ROUX, qui arpente tous les massifs, armée de ses légers skis de rando, sacrée source d’inspiration pour les GTTT !

Avant d’être une athlète de haut-niveau, Laetitia veut « laisser une trace »… Elle a pleins de beaux projets dans la tête que nous vous laissons découvrir, et auxquels nous adhérons 🙂

Merci Laetitia pour ces belles paroles, et à très bientôt !

1) Comment as-tu été amenée à commencer le ski-alpinisme? Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours?

J’ai commencé à skier à l’âge de 2ans avec mon père, qui m’a plus tard initié à la randonnée à ski à l’âge de 9ans. Je faisais alors de la compétition en ski alpin. J’ai fait 2années FIS (circuit international), je suis allée au lycée sportif de Villard de Lans. Mon père est passionné par la montagne et le ski, il m’a transmis sa passion. A l’âge de 17ans j’ai arrêté la compétition en ski alpin, j’ai passé mon Brevet d’Etat dans cette discipline puis je me suis mise à la compétition de ski alpinisme en 2006 au moment où je faisais mes études de kiné. Lorsque j’ai décroché mon Diplôme d’Etat j’ai enfin pu me consacrer à ma carrière de sportive de haut niveau à 100%, notamment à partir de 2011 lorsque j’ai intégré la gendarmerie en tant qu’athlète de la Défense.

2) As-tu évolué dans un milieu culturel et social qui s’y prêtait?

Oui, j’ai grandi à en montagne à Savines le lac, petit village paradisiaque au cœur des Hautes –Alpes  au bord du lac de Serre-Ponçon et à 15min de la station de ski de Réallon. C’est le cadre idyllique pour pratiquer tous les sports  Outdoor, tels que le vélo, l’escalade, l’alpinisme, la planche à voile, les sports d’eaux vives, etc. Nous sommes très proches du massif des Ecrins…

aec_3390

crédit photo ManuMolle-Arc en ciel

3) Comment penses-tu pouvoir améliorer la pratique des activités de montagne par les femmes?

Dans ma carrière de haut niveau, une de mes satisfactions et de mes volontés est de laisser une trace derrière moi. Dans la neige mais aussi et surtout dans la « société ». Je veux transmettre les valeurs, les émotions, les sensations que me procurent la montagne et le ski alpinisme afin de donner envie aux autres et en particulier aux filles. Leur montrer la beauté de ce sport et les inspirer au dépassement de soi. Oser s’exprimer et s’affirmer même dans le milieu du sport qui fait encore paraître un côté un peu machiste.

J’ai également l’intention dans le futur de transmettre mon expérience et ma passion par différents supports et auprès de différents publics. Notamment en pratique sur le terrain, c’est ce qui me plait le plus. Je suis particulièrement sensible au sport au féminin qui sera au cœur de quelques-uns de mes projets d’avenir. J’aimerais apporter ma pierre à l’édifice pour « fédérer et dynamiser » d’avantage ce milieu.

Nous avons un beau projet avec Tanya Naville (du blog: On n’est pas que des collants) qui va exactement dans cette direction. Le projet s’intitule: Women’s Skimo Project.

ll consiste à aller à la rencontre de femmes d’exception, qui ont marqué à leur manière l’histoire du sport et notamment du ski dans leur pays. Au travers de ce documentaire, notre intention est d’inspirer et motiver les femmes à faire plus de sport, à s’affirmer, à croire en elles et en leurs rêves. Nous voulons leur donner l’envie et la force de réaliser leurs envies sportives.

Au travers de leurs histoires exclusives, de leurs cultures atypiques, de leurs défis personnels, nous voulons faire tomber des barrières et des idées préconçues sur les capacités des femmes à pratiquer la montagne. L’objectif est d’ouvrir les esprits vers une même reconnaissance et estime hommes/femmes afin de faciliter et de promouvoir le ski au féminin.

Nous allons ouvrir dès le 1er février 2017, une plateforme de financement participatif dans le but de permettre aux personnes qui le souhaitent de participer au financement du pilote (épisode 0 de la web-serie Women’s Skimo Project) et du teaser. Ces supports de communication sont indispensables pour appuyer nos demandes de financement pour le projet global.

4) Quelle femme sportive t’inspire ?

Lynn Hill, car elle a su faire SA trace. Celle-ci est encrée dans l’histoire. Linn Hill est une légende par ses performances en compétition mais aussi hors compétition, sur un terrain sauvage qu’est l’escalade artificielle, avec notamment le Nose d’El Capitan. J’aime la phrase qu’elle a dite « Ce qu’un homme n’a pas pu faire, une femme peut le faire ».

aec_2955

crédit photo ManuMolle-Arc en ciel

Pour plus d’infos sur Laetitia : http://www.laetitiaroux.ski/

Image

Calendrier 2017

diapositive1

Assemblée générale des Girls to the top

images

A NE PAS MANQUER 😉

Et voila, la nouvelle année 2016/2017  Girls to the top a commencé et c’est l’occasion d’organiser l’assemblée générale annuelle de l’association .

Elle aura lieu samedi 26 Novembre 2016 à 9H dans les locaux du CAF d’Annecy.

Cette AG vous aidera à comprendre le fonctionnement de notre association et nos défis actuels.

C’est aussi une opportunité pour vous de contribuer au développement des activités de l’association.

Nous essaierons de répondre à vos questions et vos suggestions seront les bienvenues !

A très bientôt

L’équipe Girls to the top

Rock climbing in Nepal

PANCHAMAYA TAMANG

pclimb

When did you start climbing?

Just after a day’s practice, I participated for the first time in a competition on 28 February 2013. The competition was entitled “Wall Spider”, organized at Astrek Climbing Wall, Kathmandu. I managed to secure first position in “Speed” category. That was the beginning of my journey in climbing field. The win encouraged me, and thus, I began researching on women’s participation in adventure sector. I found several motivational figures, like the Seven Summit Women from Nepal, Pasang Lhamu Sherpa, the first Nepali woman to scale Mt. Everest. I got inspired by their stories and wanted to continue in the adventure-sports’ field. My brother’s continuous support is also what made me continue.

Was it easy for a girl/a woman to start climbing? (Did your family support you in this adventure?)

A.: As females from Nepal, most girls hesitate to take part in adventure sports, let it be climbing or anything else. But since I received full family support, especially from my brother, it was relatively easier for me to venture into climbing.

What’s your next goal ?

Well, one of my goals is to participate in World Championship of Climbing, and bring home the victory by winning it. I also want to encourage more Nepalese girls to venture into the field of outdoor and adventure sports including climbing. Also, the other thing I really want to do is make the accessibility to climbing gears easier for girls in Nepal. Climbing gears in Nepal are expensive and this also has been holding back the girls from participating. Thus, I want to support by looking for supporters and sponsors for them.

climbinp

Do you have any other hobbies?

My other hobbies include cycling and dancing.

Do you have a personal message to all the little girls?

I would like to say that nothing is impossible, really. You do need to give your hundred percent though. If you are dedicated enough in the field you choose and do not give up no matter what, success will not just be a dream, but an actual achievement.

panchawall

Événement été 2016 : bivouac et découverte pose de coinceurs !

P1030461

EVENEMENT ETE 2016 GIRLS TO THE TOP

Après un hiver qui ne nous a pas permis d’organiser notre événement hiver à cause de la météo, nous organisons un événement été les 27 et 28 août prochains !

Nous sommes donc contentes de vous annoncer que nous allons nous réunir pour un petit truc sympa en cette fin d’été, bivouac et escalade (couennes) au dessus du refuge de l’Albert premier. On dormirait la haut le samedi soir, et le matin escalade.

Ce sera surtout un événement à la cool et tranquille entre nous, histoire de se rencontrer entre adhérents, et de progresser un peu en escalade, et en pose de matériel. Niveau : en dessous de 6a !

Pour vous inscrire, il faut adhérer et nous vous mettrons dans la boucle des infos! SI vous avez des questions sur le matériel ou du pratico pratique, n’hésitez pas à nous écrire sur girlstothetop.chamonix@gmail.com !

Si certaines veulent faire leur course en autonomie au dessus du refuge, let’s go (il y a l’arête de la table, la Tour ronde, la Purtscheller …) mais sous leur propre responsabilité.

Pour le bivouac : chacun emporte son matériel, et sa nourriture (tente, ou bivouac à la fraîche). Les bières et le vin sont conseillés 😉

Au niveau du programme, ce sera assez simple, on monte en début de soirée, on peut se poser un moment au refuge, puis on ira installer le bivouac.

Le lendemain escalade au soleil 🙂 et puis ensuite on pourra se restaurer au refuge, et à voir, peut être un peu de yoga sur place ou à Chamonix si l’on ne trouve pas de grands espaces.

En espérant que la météo sera bonne surtout (croisons les doigts) et que l’on aura pleins de super souvenirs dans la tête ensemble,

A très vite,

Les GTTT

Une cordée andino-alpine féminine en Cordillera !

18102013-retouche-5Petit article pour vous parler de ce qui nous tient à cœur…

Il y a beaucoup d’énergie, un vrai mouvement en faveur d’une présence de plus en plus importante des femmes en montagne, et une motivation qui bat à son plein là haut.

Raison de plus pour vous parler d’un groupe qui mérite un gros coup de pouce.

Le Groupe Féminin de Haute Montagne (GFHM), c’est quoi?

Une équipe de 8 filles qui décident de se regrouper pendant deux ans autour de la montagne, et de monter un projet commun, suite à leurs diverses expériences en alpinisme, escalade de glace, grimpette… Un peu tout. Ca donne des profils super complémentaires !

Les copines du GFHM ont de la suite dans les idées :  elle décident donc de partir en Cordillera Real rencontrer les filles du groupe des Mujer Montaña.

En plus de partager leur passion commune pour la montagne et de réaliser leur ascension, elles souhaitent mettre l’accent sur les échanges culturels,  et c’est le type de projets que les Girls to the top soutiennent à fond : partage d’expériences et valorisation de la pratique des activités de montagne par les femmes au delà des frontières.

GFHM & GIRLS TO THE TOP

Concrètement, pour l’association, c’était super important de les soutenir. Nous avons donc décidé, au sein du bureau, d’allouer la somme de 300 euros pour l’achat de matériel aux filles des Mujer Montana.

Non seulement elles n’ont pas du matériel de bonne qualité, et cela nous fait plaisir de les aider, et d’aider par la même occasion le GFHM, mais en plus on se rend compte que petit à petit les briques s’empilent les unes après les autres… Nous sommes parties d’une idée – Girls to the top- nous avons bataillé pour que ça marche, et nous pouvons désormais aider à la réalisation de beaux projets comme celui-ci.

C’est un réel aboutissement associatif, et nous sommes fières de ce partenariat!

Petit tour vers le site :

http://gfhm.eklablog.fr/

Alors on n’hésite plus à aller voter pour leur projet sur le site de Millet Expédition Project (jusqu’au 8 avril) et à les aider à réaliser leurs rêves, votre soutien compte (si, si, un vote compte toujours) :

http://millet-expedition-project.com/fr/voter

En tout cas on a hâte de connaitre la suite des événements et on vous tiendra au courant de leurs aventures !