L’interview de Charlotte Durif

cantobre_b

Cette fois-ci, c’est Charlotte Durif qui a pris le temps de répondre à nos quelques questions.

Merci à elle pour son enthousiasme!

Allez aussi voir les aventures de la super grimpeuse ici:
http://chadurif.fr/

1- Comment pensez vous pouvoir améliorer la pratique féminine de votre sport ?

Chaque époque a eu son lot de femmes qui ont marqué et représenté l’escalade à leur façon. Aujourd’hui j’imagine faire partie de celles-ci, en montrant que que l’escalade est un sport pour tous (toutes), et que l’on peut y accéder en s’y faisant pleinement plaisir, tant dans l’action que dans le sentiment d’évolution et d’accomplissement. Bien que victime de machisme et autres controverses comme dans tous les sports, l’escalade est un sport ouvert, où il est facile de passer au dessus de ces barrières citées plus haut. J’espère que mon passé et mon histoire montrent que la grimpe est simple et épanouissante, et je souhaite à quiconque d’en faire la même expérience.

2- Quelle femme sportive vous inspire ? Pourquoi?

Pour ses réalisations à son époque, je suis très reconnaissante de l’empreinte que Lynn Hill a laissé dans le monde de l’escalade. Opportuniste et précurseur à une époque où l’escalade a évolué très rapidement, elle a su se faire sa place au milieu des grandes figures masculines, et a réalisé les premières ascensions de monuments de la grimpe. Pour avoir accompli quelque belles choses avec, je porte une grande admiration pour mon amie Martina Cufar, qui sait allier simplicité, humilité, gentillesse, passion, performance, montagne, escalade, plaisir, famille. J’espère que la suite de mon aventure suivra le modèle de la sienne.

3- Avez-vous grandi dans un milieu culturel et social qui correspond à celui de votre sport de prédilection?

-> Si oui : comment auriez-vous pu parvenir a pratiquer ce sport si vous aviez évolué dans un autre milieu ?

On peut dire que oui, puisque mon père a été un alpiniste et grimpeur, et a plongé mon frère et moi dans ce bain, et m’accompagne encore aujourd’hui. J’imagine que si je n’avais pas eu cette ambiance familiale, j’aurais quand même grimpé en club, en salle principalement, et en falaise ponctuellement pour les 2 ou 3 stages annuels. Quoiqu’il en ait été, et même si mon vécu aurait été bien moins riche qu’aujourd’hui, mon plaisir de grimper serait tout aussi grand, car ce qui est bien avec l’escalade, c’est que rien qu’une journée en falaise est un pur plaisir. Peut-être aussi que j’aurais fini dans la Gymnastique Rythmique, comme j’avais initialement commencé!

4- Un mot à dire aux lectrices qui rêvent de vaincre des sommets et progresser dans leurs pratiques ?

Osez, préparez vous, foncez, profitez et faites le pour vous-meme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s