Gardienne de Refuge

Une femme, une vie, un métier: voici le début d’une longue série de portraits des métiers de montagne que des femmes ont choisi d’exercer.

Notre premier portrait est celui d’une femme hors norme:  Martine Turc!

Z - IMG (609)
Martine est aussi une fervente supportrice de Girls to the top

A 55 ans, Martine n’est pas seulement Gardienne de Refuge du Soreiller, c’est une montagnarde polyvalente: monitrice de ski, et unique femme à avoir consécutivement gagner trois fois le Derby de la Meije, elle est aussi vice championne de ski d’alpinisme(1994).

Depuis combien de temps êtes-vous Gardienne de refuge?

« J’ai officiellement été gardienne en 1986 mais j’ai commencé bien avant puisque la première gardienne du refuge été ma maman (Yvette Turc). On m’a montée là haut à l’âge de 2 ans et j’ai commencé à travailler dès mes 14 ans. »

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

« Tout ce que j’ai vécu depuis toute petite jusqu’à un âge avancé m’a toujours plu. Je n’ai jamais voulu vivre “en bas” je me suis toujours sentie bien “là haut” dans mes montagnes. Quand on aime cet environnement y vivre semble être une évidence. »

Avez-vous dû suivre une formation particulière? Laquelle?

« Au début aucune qualification n’était requise, car c’est avant tout un métier de système D et de débrouillards. Les meilleures compétences sont celles qui m’ont été transmises par la première gardienne. Par contre aujourd’hui il existe un DU (diplôme universitaire) de gardien de refuge. J’ai décidé de le passer car c’est un plus de l’avoir et qui sait un jour il pourrait devenir un diplôme essentiel pour pratiquer ce métier. »

Pouvez-vous me décrire votre quotidien?

« Le meilleur moment de la journée pour le gardien c’est le réveil : il n’y a personne dans le refuge et c’est vraiment à ce moment que le gardien profite du silence incroyable que lui offre la nature. Ensuite s’en suit une journée bien chargée, petit déjeuner, ménage du batîment, préparation des tartes et autres remontants pour toute la journée jusqu’à la soupe de légumes à éplucher pour le soir. Un aspect important de mon métier consiste aussi à renseigner les clients sur leur itinéraire, les conditions de leur course, et bien sûr de veiller à leur sécurité (les jumelles sont de mise). Enfin chaque soir, le gardien transmet par radio le bulletin météo du poste de secours situé dans la vallée. »

Quelle est votre approche du métier? Quelles qualités estimez vous nécessaires pour l’exercer?

« Il faut avant tout être disponible – on est gardien 24 heures dans une journée-, être très débrouillard (on est à la fois plombier, cuisinier, gestionnaire), savoir réagir vite, aimer parfois être isolée ou très entourée et donc aimer le contact humain , il faut surtout aimer les choses simples, là haut pas de superflu ou de luxe. Il faut aussi savoir gérer les énergies, la nourriture car on est éloigné de tout et dans un environnement qu’il faut préserver. »

Qu’aimeriez-vous transmettre comme message aux jeunes femmes qui se destinent à prendre ce chemin?

« Il faut avant tout que ce soit une passion, la première chose est d’avoir le goût de l’effort. Si vous aimez monter le chemin jusqu’au refuge c’est un premier pas essentiel. En tant que femme, cela peut aussi être valorisant et produire une satisfaction de vivre dans un environnement parfois rude. »

Comment ce choix de Gardienne de Refuge a t il été perçu dans votre entourage?

« En tant que descendante du père Gaspard,  petite fille des premiers guides d’époques qui ont eux même formé les premiers guides, on peut dire que j’étais tombée dedans étant petite, tout s’est fait naturellement. Pour les jeunes femmes qui n’ont pas forcément eu la chance d’être élevée dans une forte identité montagnarde je ne peux que les encourager. Quand je dis aux gens que je suis gardienne de refuge ça les impressionne ! Beaucoup ont encore le cliché du vieux barbue dans la montagne. Hors il existe toute une génération de gardiennes qui ont su donner une touche de féminité et de légèreté à cette profession. »

Exercez vous ce métier à l’année ? Si non, quelle est votre activité complémentaire?

« Mon refuge n’est ouvert que l’été, je suis donc monitrice de ski pendant l’hiver (j’ai aussi le diplôme d’Accompagnatrice Moyenne Montagne). »

Et pour conclure?

« C’est vraiment un beau métier, aujourd’hui les refuges se modernisent. En tant que gardienne je suis intriguée par les évolutions de ce métier, et je suis heureuse que non seulement les bâtiments soit renouvelés mais aussi que de nouvelles personnes découvrent cette vie là . »

Merci Martine pour ce témoignage, nous ne manquerons pas de venir vous voir chez vous, là haut, dans vos montagnes!

La Dibona et le Refuge du Soreiller , un petit coin de paradis !
La Dibona et le Refuge du Soreiller , un petit coin de paradis !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s